Un mois de Marvel Unlimited, round 2

image

Marvel Unlimited est une offre qui propose l’accès à des milliers de titres Marvel en numérique pour 9,99$ par mois. En résumé, il y a à peu près tout ce qu’on souhaiterait lire chez l’éditeur, à l’exception des parutions des 6 derniers mois. A l’occasion du dernier Cyber Monday, une promotion permettait de s’abonner un mois pour 75¢, ce qui était quand même particulièrement intéressant. J’en ai profité pour lire certaines sagas qui me faisaient de l’œil depuis quelque temps, et me demander si l’abonnement ne vaudrait pas le coup.

La réponse est non, car le service est encore trop décevant pour les raisons suivantes :

  • L’app. Marvel Unlimited est énormément buggée. Beaucoup de plantages lorsqu’on revient vers l’application après en avoir utilisé une autre notamment.
  • C’est assez conceptuel de pouvoir télécharger des chapitres (12 max) pour une lecture hors-ligne mais de devoir être connecté (donc capter un minimum) pour s’identifier à l’ouverture de l’application et avoir accès à ces chapitres. Comme je lis surtout dans le métro où ça ne capte quasiment pas, ça m’agace prodigieusement d’avoir ces chapitres à portée de main sans pouvoir y accéder. Il y a moyen de feinter en ouvrant l’application quand on est encore dans la rue et d’y revenir une fois descendu dans les souterrains où ça ne capte plus, mais c’est un peu n’importe quoi comparé à l’app. Comixology par exemple, avec laquelle les chapitres téléchargés sont lisibles à n’importe quel moment, qu’il y ait du réseau ou pas. Le téléchargement des chapitres est finalement un confort de lecture quand on a du réseau (!), afin d’éviter de buter sur un écran de chargement en plein milieu de sa lecture, lorsqu’une page a du mal à se charger.
  • Le système de Smart Panels (l’équivalent de la Lecture Guidée de Comixology) n’est pas encore au point. En lisant Uncanny X-men (2011) lors de mon précédent essai, j’étais souvent tombé sur des bulles dont le contenu ne s’affichait pas (celles de Danger notamment), ou bien des bulles fantômes appartenant aux cases adjacentes à celles que je lisais et qui s’affichaient de part et d’autre. Ces problèmes persistent en lisant via navigateur, de plus j’ai eu plusieurs fois des zones de texte sans fond de couleur, pratique pour lire du texte noir quand la zone est posée sur un fond noir !) mais les cases sont souvent découpées un peu à l’arrache, parfois l’ordre n’est pas le bon, parfois une page est oubliée et s’affiche dans son intégralité, parfois une case est mal coupée et le texte d’une bulle est rogné… Bref, pas mal de petits soucis qui ne font pas très professionnel. Pour résumer, on pourrait dire que la Lecture Guidée rend la lecture agréable sur petit écran, tandis que les Smart Panels la rendent juste “possible”.
  • La recherche est parfois pénible. Via navigateur, ça va plus vite de passer par Google pour trouver un chapitre que par le site marvel.com qui est assez mal fichu, et sur l’app. mobile l’impossibilité de faire une recherche sur un mot rend la tâche parfois pénible. Je voulais par exemple lire Unstable molecules des Fantastic Four, ce n’était pas à U, ce n’était pas à F, c’était à… S, car (après recherche) le titre complet de l’histoire est Startling stories: Fantastic Four – Unstable molecules. Une incongruité sinon : le Dr. Strange Season One est trouvable via navigateur mais je n’ai toujours pas réussi à mettre la main dessus via l’app. o_O (pour le lire sur mon smartphone, il faut donc que j’aille le chercher via navigateur, que je l’ajoute à ma bibliothèque et que j’accède à celle-ci via l’app.)
  • Enfin, plusieurs petits détails relevant du confort sont absents, comme la proposition de recommencer là où on avait interrompu sa lecture, ou l’obligation de resélectionner le mode Smart Panels à chaque fois qu’on attaque un nouveau chapitre. Des petites choses, mais quand on en a pris l’habitude sur une liseuse ou via l’app. Comixology, c’est désagréable d’en être privé.

L’offre demeure donc extrêmement intéressante en période de promotions, mais le service laisse trop à désirer pour me donner envie de payer plein pot les mois suivants.

Laisser un commentaire