image

Nan mais lis juste la préface, tu vas voir.

– Ma fournisseuse officielle de Livres Intelligents™ (aussi appelée ma sœur).

Et effectivement, il n’en fallait pas plus pour me donner furieusement envie de me plonger dans la vie de Marie-Antoinette. Là où cette préface peut être trompeuse cependant, c’est qu’elle évoque parfois le Malheur ou le Destin, pouvant laisser penser que les protagonistes ne sont pas vraiment maîtres de leur vie, peut-être un peu « emportés par le tourbillon de l’Histoire  » comme dirait cette chère Riyoko Ikeda (l’auteur de La rose de Versailles, adapté en dessin animé sous le nom de Lady Oscar). Rien n’est moins faux : par le soin qu’il accorde au portrait de la reine et des figures marquantes de sa vie, Stefan Zweig nous rappelle que derrière les grands noms il y a des hommes, et derrière les grandes dates il y a leurs actes.Lire la suite de