image

Dans un univers encore largement peuplé de jeunes hommes blancs hétérosexuels, l’annonce d’une série mettant en scène des héros un peu différents fait toujours parler d’elle. Et encore plus quand la série n’arrive pas toute seule. Depuis quelques mois, la maison Marvel fait beaucoup parler d’elle grâce au lancement de 4 titres au nom de leurs héroïnes respectives :

  • Ms. Marvel, une jeune musulmane d’origine pakistanaise (triple combo minoritaire !) qui reprend le titre de son héroïne préférée, celle-ci étant depuis devenue Captain Marvel ;
  • Black Widow, l’énigmatique membre des Avengers que tout le monde connaît ;
  • Elektra, la ninja apparue pour la première fois dans les pages de Daredevil ;
  • et enfin She-Hulk, qui nous intéresse aujourd’hui.

Lorsqu’elle fut victime d’un grave accident, Jennifer Walters fut sauvée par une transfusion de sang de son cousin Bruce Banner, aussi connu sous le nom de Hulk. Elle hérita ainsi de sa force et de sa couleur verte, mais avec quelques différences : là où le docteur Banner alterne entre sa tranquille forme humaine et sa forme Hulk difficile à contrôler, Jen garde beaucoup plus souvent sa peau verte et ses proportions d’amazone ainsi que la force associée (même si elle peut s’énerver et faire craquer ses vêtements – on est quand même dans une série Hulk). Bref, c’est une avocate compétente, elle boit des bières avec Thor en le dépassant d’une tête, elle est belle, elle est verte et elle sauve le monde, tout ça en même temps.Lire la suite de