Sorties comics VO du 23/07/14

image

Au programme cette semaine :

  • Original Sins #4 ●●●○○
  • Thor & Loki: The tenth realm #2 ●●○○○
  • Trees #3 ●●●●●

J’aurais adoré lire les débuts de Storm et de Supreme: Blue rose mais je suis un peu à la limite de mes ressources, alors rendez-vous au TPB, peut-être…

Original Sins #4

Suite et bientôt fin de ces mini-anthologies autour d’Original Sin, qui pour le moment n’ont pas énormément brillé par leur intérêt.

Dans la première, signée James Roboinson, un homme a appris certains secrets qui, pense-t-il, lui permettront de mettre le puissant Dr Doom à genoux. Sauf que… Et je n’en dirai pas plus. La grande nouvelle de ce chapitre, c’est qu’il évite magnifiquement de tomber dans l’écueil de la présentation récitative, où on a juste l’impression de lire une longue biographie illustrée. Le Dr Doom n’est en effet que la cible d’un inconnu qui se sent pousser des ailes depuis qu’il connaît certains secrets, et l’auteur tisse aussi rapidement qu’efficacement une intrigue assez inquiétante. Le style sobre d’Alex Maleev, traditionnellement associé à des histoires sombres et urbaines, est parfait pour installer cette impression de malaise : tout paraît normal, l’action se situe même dans des locaux assez luxueux par moment, mais rien qu’à l’image il y a ce petit quelque chose qui nous fait nous dire que ça va mal se terminer, avant même que le scénario nous mette sur la voie.

image

Du côté des Young Avengers, pendant que Prodigy soumet un par un les résidents de l’immeuble à son mini-Cerebro, Noh-Varr et Hulkling passent le temps en envoyant des SMS aux autres jeunes vengeurs, ce qui permet de retrouver Ms. America, Wiccan ou encore Kate Bishop dans des dialogues assez rigolos. Par contre le chapitre souffre des mêmes défauts que les précédents : passé l’amusante séquence des SMS, on se retrouve une fois de plus assommé par des bulles de texte qui n’en finissent pas et font que la scène manque cruellement de rythme. Les graphismes crasseux participent à cette atmosphère pesante et même les petits commentaires de bas de page semblent moins inspirés que d’habitude.

Enfin, les 2 dernières pages sont inutiles.

Conclusion : une très bonne surprise que cet inquiétant portrait en creux du Dr Doom, par contre malgré des dialogues amusants, l’histoire des Young Avengers sombre parfois dans l’ennui, desservie par le trait audacieux mais vraiment pas adapté de Villalobos.

Thor & Loki: The tenth realm #2

Thor et Loki ont pénétré dans le dixième royaume et se frottent aux hordes d’anges féminins qui y vivent et pour qui un Asgardien est forcément un ennemi juré. De son côté, Angela entend aussi un appel…

Pas grand-chose à se mettre sous la dent dans ce chapitre, où frappe encore le syndrome dit du “la dernière page résume tout”. Si l’objectif du premier épisode était de nous *révéler* l’existence du dixième royaume ainsi que les liens entre Angela et la famille d’Odin, celui-ci a pour but de l’y faire débarquer. Pendant ce temps, les autres personnages jouent les rôles dans lesquels on s’attend exactement à les retrouver : le vieux Loki sous-entend qu’il sait des choses, le jeune intrigue, tandis que Thor fait tournoyer son marteau et casse plein de trucs.

image

Petit fait intéressant tout de même : le royaume s’appelle Heven et non heaven, le a en moins nous avertissant qu’il ne faut pas s’attendre à une société paradisiaque. Certes ses habitantes ont toutes des ailes, mais elles sont plus proches d’amazones sans pitié, comme en témoigne un dialogue entre la reine et l’une de ses espionnes qui donne envie d’en savoir plus sur leur organisation et leurs coutumes.

Visuellement, c’est Simone Bianchi qui s’occupe de la plupart des scènes (avec Adriano Dall’Alpi aux couleurs) étant donné que l’action se déroule principalement en Heven. Son style évoque immédiatement la fantasy, mais son jeune Loki est parfois franchement laid (alors qu’il s’il y a bien un personnage qui peut jouer de son charme depuis qu’il a grandi, c’est lui) et les armures de ses anges sont surchargées de détails un peu kitsch…

Conclusion : à peu de choses près, un épisode d’event lambda qui semble broder comme il peut autour de sa dernière page, avec des dessins souvent disgracieux et des personnages fades. Où est passé le peps d’Agent of Asgard ?

Trees #3

Un chapitre assez curieux qui, à l’exception d’un bref détour dans la ville de Shu, se déroule quasi exclusivement à Cefalù en Sicile. Contrairement aux autres chapitres, les arbres et leur influence sur les lieux qui les entoure ne sont pas du tout le sujet principal ni le principal catalyseur de telle ou telle action : présents dans un décor ou un dessin, on sent qu’ils demeurent une préoccupation mais elle est ici secondaire. En effet, l’auteur met plutôt en scène des rencontres humaines, avec le brio qu’on lui connaît.

Comme souvent avec Warren Ellis, les dialogues sont très percutants, que ce soit avec une jeune femme qui propose à un artiste en herbe d’enfin sortir dehors, ou une autre qui compte bien arriver à ses fins et ne pas se laisser marcher dessus par les jeunes fascistes du coin. On sent toute l’intelligence et la volonté de certains personnages rien que dans leurs mots, à tel point que les dessins disparaîtraient, les échanges seraient aussi savoureux à suivre.

image

Mais ce serait quand même dommage de s’en priver : les scènes muettes sont souvent magnifiques, que ce soit dans le choix des couleurs ou dans la manière dont les zones de noir les mettent en valeur, par contraste. On est complètement à l’opposé des dégradés Photoshop à outrance, plutôt dans quelque chose qui se rapproche du travail de Jordie Bellaire par exemple, avec des aplats dans des teintes magnifiques, et pas mal de moments où la couleur vient marquer la différence entre le premier et l’arrière-plan, faire ressortir un personnage, une action ou bien créer une ambiance particulière. Et puis toujours ce dessin un peu griffonné, qui nous invite chaleureusement au voyage, à un point qu’on se croirait littéralement transporté en Sicile.

Conclusion : une série toujours aussi surprenante mais infiniment agréable à suivre dans ce chapitre. Et puis des personnages de toutes les couleurs et même une trans, COMMENT CA SE FAIT que tout Tumblr ne soit pas en train d’en parler ?

Laisser un commentaire