Sorties comics VO du 02/04/14

image

Au programme cette semaine :

  • Black Widow #5,
  • Earth 2 #22,
  • Loki: Agent of Asgard #3,
  • Moon Knight #2,
  • New Warriors #3,
  • She-Hulk #3.

Black Widow #5

Suite de l’intrigue avec Molot, et cette fois-ci Natasha nous parle de l’importance de l’information dans le monde dans l’espionnage, du prix à payer pour l’avoir et des dangers d’une info périmée.

C’est un peu difficile de se renouveler d’un avis à l’autre sur cette série car elle garde les mêmes qualités chapitre après chapitre : toujours cette même introspection un peu grave mais néanmoins teintée d’humour, toujours les beaux dessins de Phil Noto et ses douces couleurs délavées…

image

Hmm… en creusant bien je devrais pouvoir trouver un défaut à cette série. Allez, pour chipoter, Black Widow essuie pas mal d’échecs depuis le début de la série, et ses victoires sont souvent partielles. Certes, c’est assez réaliste ; mais c’est aussi étrange de voir la meilleure espionne du S.H.I.E.L.D.  voire de Marvel échouer aussi souvent. J’espère retrouver de temps en temps la Natasha badass du premier chapitre qui disait : “if you know my name, then you should know I don’t play by anyone’s rules.”

Earth 2 #22

Lorsque Tom Taylor est arrivé sur le titre, on a rapidement perdu la trace des premiers personnages introduits par James Robinson – à savoir Green Lantern, Flash et Hawkgirl – au profit de nouveaux, souvent bien plus intéressants. On ne perdait pas vraiment au change donc, mais c’était un tout petit peu dommage de partir sur une intrigue qui tournait pas mal autour de Batman et Superman alors que le principe du titre était à la base de nous montrer une dimension qui doit se débrouiller SANS la fameuse Trinité, puisqu’elle disparaissait dès le premier chapitre.

Heureusement, la couverture nous promet le retour de Green Lantern, qu’on avait laissé en très mauvaise posture dans le chapitre #17 (seul le #19 nous confirmait qu’il était encore en vie). Et effectivement il apparaît… les 3 premières pages, gratifié d’une narration très emphatique 😛 Ce n’est donc pas ce mois-ci qu’on reverra vraiment Alan Scott.

image

La couverture aurait été plus honnête si elle nous avait montré Lois Lane, qui est la vraie star de ce chapitre. En se servant de ses souvenirs de Clark pour guider le kryptonien Val dans ses premiers pas dans le monde extérieur, elle fait montre de toute son humanité (ce qui est assez ironique vu le corps dans lequel elle s’est réveillée) et d’une tendresse qui contraste joliment avec la violence d’evil!Superman. D’ailleurs la dernière page du chapitre annonce peut-être la fin de ce cycle de destruction auquel on a le droit depuis un certain temps.

Bref, un chapitre très sympathique qu’on lit le sourire aux lèvres, en attendant toujours plus la suite.

Loki: Agent of Asgard #3

Un chapitre qui rappelle plus le Journey into Mystery de Kieron Gillen ce mois-ci : Al Ewing quitte temporairement le jeune Loki et l’intrigue amorcée le mois dernier pour nous raconter une histoire de l’ancien temps. On apprend comment a été forgée l’épée de vérité du premier chapitre (et l’on vainc un gros poisson d’une façon ma foi assez originale).

image

Pourtant on suit bien les aventures d’un agent d’Asgard. La rupture surprend, mais l’histoire est plaisante, alors pourquoi pas. Difficile en vérité de savoir à quoi s’en tenir dès que Loki tire les ficelles…

Moon Knight #2

image

Le titre que j’attendais le plus cette semaine, et qui se révèle toujours aussi surprenant. J’hésite à rentrer dans les détails, de peur de vous gâcher la découverte de l’exercice de style effectué par les auteurs dans la première partie du chapitre. Sachez tout simplement qu’ils usent à merveille du vide et, en corollaire, du contraste.

Le blanc de la cape de Moon Knight lui donne une allure fantomatique singulière, qui tranche avec le détail des décors, tout comme les cases muettes sont d’autant plus puissantes lorsqu’elles s’insèrent entre des pages aux dialogues finement ciselés, qui nous permettent de cerner immédiatement les personnages et/ou nous choquent par leur froideur.

La fin, complètement abrupte, surprend elle aussi. On se demande où Warren Ellis veut en venir, mais je suis tellement fasciné que pour le moment, je le suis les yeux fermés.

New Warriors #3

Toujours aux prises avec les troupes du Maître de l’évolution, les héros se retrouvent rassemblés malgré eux en deux équipes, ce qui commence à donner lieu à des dynamiques de groupe et à des scènes un peu plus longues que lors des deux précédents chapitres. Les personnages et l’action deviennent un peu plus intéressants à suivre, même si je garde de grosses réserves.

D’une part, j’ai pour l’instant beaucoup de mal à me passionner pour ce Maître de l’évolution qui prétend débarrasser l’humanité de ses êtres dits “impurs” (clones, mutants etc.). Le parallèle avec certains dictateurs est facile à dresser, mais je ne comprends tellement pas comment on peut considérer quelqu’un comme impur que ses motivations me restent complètement opaques. Pas comme Poison Ivy, Magneto ou Cheshire pour ne citer qu’eux, dont on peut comprendre la logique, aussi tordue qu’elle soit, sans pour autant la partager.

image

De plus, le moment où Sun Girl fait remarquer à Haechi que ses nouvelles capacités leur ont sauvé la vie aurait pu être l’occasion d’une réflexion sur la différence, s’il n’avait pas été complètement expédié. Comme lui fait remarquer Justice, facile de dire à quelqu’un d’assumer la sienne quand on n’a pas une corne qui a poussé en plein milieu du front (pourtant Sun Girl est issue d’une minorité, il y aurait sans doute eu quelque chose à creuser). Bref, on sent que l’auteur n’est pas un fin psychologue, ce qui est d’autant plus dommage quand l’ennemi principal établit justement une discrimination entre les êtres ; Yost donne plutôt dans l’humour et l’action classiques. Étant donné qu’on avait vu Kaine se lamenter longuement sur sa condition de copie ratée, de monstre etc. dans Scarlet Spider, j’avoue que je ne suis pas enchanté de retrouver un ennemi qui va lui servir autant qu’à nous le même genre de discours.

Les dessins de Marcus To sont quant à eux toujours aussi agréables. Pas renversants outre mesure, mais tout à fait corrects.

D’après l’auteur, il faudra attendre le chapitre 5 pour que les différents héros se rencontrent tous et que leur supporting cast apparaisse. Comme il y a des chances que je continue à être déçu par cette série mais à la lire quand même et que descendre perpétuellement un titre c’est juste marrant 5 minutes, je vais certainement arrêter d’en parler ici un certain temps. Si par hasard elle devient bien, vous inquiétez pas, je vous tiens au jus.

She-Hulk #3

A la fin du chapitre précédent, Jennifer Walters recevait un client pour le moins inattendu : le fils du Dr Doom lui-même, venant demander l’asile politique aux Etats-Unis. Et il s’avère qu’il reste très peu de temps avant de pouvoir faire valider sa demande. Et forcément, le voyage jusqu’à la salle de tribunal ne sera pas de tout repos…

image

Cet épisode n’est pas aussi bavard que le précédent, mais l’affaire à laquelle est confrontée notre héroïne nécessite pas mal d’explications, qui se traduisent par de longues bulles de texte. Heureusement, les dessins sont là pour faire contrepoids : on respire grâce aux cases taille Hulk de Javier Pulido, et son style très simple et expressif associé aux couleurs éclatantes de la coloriste Muntsa Vicente injecte un sacré peps à l’intrigue. On frôle parfois l’absurde aussi, avec Jennifer qui débarque hirsute, verte et surgonflée dans une salle de tribunal pour défendre son client, tandis que son assistante et son singe nous intriguent.

Bref, un peu de sérieux, un peu d’action, beaucoup d’énergie et de fraîcheur, et à présent un vilain d’envergure ! Que demander de plus ?

Laisser un commentaire