Expositions parisiennes

image

Les parisiens ont en ce moment la chance d’avoir accès à plusieurs expositions consacrées aux super-héros et à leurs artistes. Petit tour d’horizon.

  • L’art des super-héros Marvel – Art Ludique
  • Super-héros : l’art d’Alex Ross – Mona Bismarck American Center
  • Dave McKean – Galerie 9e art

L’art des super-héros Marvel – Art Ludique

image

Après une exposition consacrée à Pixar qui m’avait moyennement convaincu, le musée Art Ludique ouvre à présent ses portes aux curieux souhaitant en savoir plus sur les héros Marvel. Au programme : beaucoup de planches originales – souvent anciennes, parfois très récentes – des recherches graphiques réalisées pendant le développement de films Marvel Studios comme Avengers ou Captain America, quelques vidéos ainsi que des accessoires et costumes (ou reproductions ? je n’ai pas fait attention) ayant servi pendant les films.

Je vous avoue tout de suite que la vision d’une planche originale n’a pas grand effet sur moi, donc je ne pourrai pas vraiment vous parler du grand frisson ou de l’élan nostalgique que je n’ai pas ressenti en les découvrant. Mes réactions se sont plutôt résumées à : “oooh, donc les bulles sur cette couverture étaient découpées et collées par dessus le dessin”, “oooh, une retouche au blanco”, “oooooh, un lettrage à la main, c’est fou”. Si vous êtes amateur de planches originales de dessinateurs tels que Jack Kirby, John Romita Sr, Gene Colan etc. vous devriez par contre trouver votre bonheur (OK j’avoue, la couverture d’Amazing Spider-Man #700 m’a bluffé par la technique utilisée).

A propos de ces planches d’ailleurs, je ferais la même critique que pour l’expo Pixar : il y en a certes beaucoup, mais on n’a la plupart du temps le droit à aucun commentaire, juste les informations de base (date, dessinateur, encreur s’il est différent, série…). Ces planches ne sont même pas rangées par ordre chronologique, seulement thématique. Dans la salle consacrée à Captain America, des recherches concernant Red Skull côtoient par exemple de vieilles planches le représentant. Un peu plus loin, d’autres planches représentent Ultron à des années différentes et… c’est tout.

image

Il n’y a cependant pas que des images fixées au mur : des biographies nous résument la vie des héros mais aussi des auteurs les plus connus. Actualité oblige, c’est Captain America qui ouvre le bal avec Stan Lee, puis Jack Kirby et les Fantastic Four, les Avengers, Alex Ross, les X-men, Iron Man… Pour se terminer sur des héros moins connus comme Iron Fist, et des artistes plus récents comme Adi Granov ou Ryan Meinerding, qui ont réalisé de nombreux concept arts pour les films Marvel Studios.

Personnellement, j’ai beaucoup apprécié les courtes vidéos où Stan Lee mais aussi Joann Sfar, Zep, Olivier Coipel et des spécialistes – dont je n’ai malheureusement pas retenu le nom – nous parlent de la connotation des couleurs des costumes des héros, de ce que le costume représente ou bien tracent des parallèles entre les super-héros et les athlètes. Alors que le reste de l’exposition semble plutôt s’adresser aux néophytes ayant découvert l’univers Marvel par les films et leur permet de voir sous quelle forme il a commencé, ces petites vidéos sont les seuls moments de vraie analyse qu’on croise pendant la visite (des analyses courtes, certes, mais des analyses tout de même).

Si on était mauvaise langue, on pourrait dire que l’expo ressemble parfois beaucoup à une immense vitrine pour les films Marvel Studios (en commençant par Captain America dont le deuxième volet est sorti il y a peu et en s’achevant tout aussi opportunément sur Guardians of the galaxy qui sort dans quelques mois). En réfléchissant deux secondes, on réalise que ce sont les personnages fournissant le plus de matériel à l’exposition, via les nombreuses recherches graphiques dont ils ont bénéficié, en plus de leur notoriété.

Bref, je ne suis pas sûr qu’un fan très informé retire énormément de choses de cette exposition (surtout que les 15 € d’entrée peuvent faire un peu mal si on ne s’était pas renseigné sur les tarifs avant de venir), mais les plus débutants et les amateurs de planches originales devraient y trouver leur compte. Et dans tous les cas, l’exposition de Benjamin Isidore Juveneton, répartie un peu partout sur les docks, est assez rigolote.

L’art des super-héros Marvel
Du 22 mars au 31 août 2014
Musée Art Ludique
Les Docks – Cité de la Mode et du Design, 34 Quai d’Austerlitz, Paris
Plein tarif : 15 €
Ouvert tous les jours sauf le mardi

Super-héros : l’art d’Alex Ross – Mona Bismarck American Center

image

Changement de ton total avec cette exposition consacrée au célèbre Alex Ross : la surface est beaucoup plus petite, les œuvres moins nombreuses mais chacune d’entre elles est commentée. On commence d’ailleurs par un sympathique récapitulatif des grandes dates et périodes de l’histoire des comics, qui – et c’est assez rare pour être noté – s’accompagne de quelques dates-clé pour la BD franco-belge, afin de mieux saisir l’évolution d’un médium en le comparant à un autre qui nous est peut-être plus familier. Ces dates ainsi que l’inévitable biographie sont importantes pour notamment réaliser qu’Alex Ross est un artiste somme toute récent. Ses peintures rendent hommage au passé mais n’en viennent pas.

L’exposition a certains aspects assez charmants, comme quand elle nous présente d’authentiques dessins d’Alex Ross quand il était petit, ou la photo de couverture d’un album de Queen, qui l’a tellement marqué qu’elle a inspiré une représentation de la Justice League.

image

Mon seul regret est que parfois, l’exposition jette tellement de fleurs à Alex Ross qu’elle en oublie de mentionner ses collaborateurs. Pas un mot sur Mark Waid par exemple, ce qui pourrait laisser penser que Kingdom Come est sa seule création, alors que même s’il a fourni énormément d’idées, il a quand même eu besoin d’un scénariste pour l’épauler (et que Mark Waid n’est pas le pire d’entre eux). Jim Krueger est crédité sur Justice, mais cette fois-ci c’est Doug Braithwaite qui passe à la trappe… Autrement, l’exposition est plutôt complète : les différentes œuvres exposées sont souvent accompagnées d’une explication et d’un commentaire de l’artiste sur ses choix de représentation, ses différentes inspirations ne sont pas oubliées… On ressort avec le sentiment d’une expo plus consistante que celle sur Marvel, même s’il est sans doute plus facile de rentrer dans les détails quand on évoque UN artiste que quand on ratisse des décennies de production Marvel et qu’en plus on mélange les œuvres papier et les derniers films.

Cette exposition fut organisée à l’origine par le musée Andy Warhol en Pennsylvanie, et son contenu (entre autres) se retrouve dans Mythology, qu’Urban Comics a récemment réédité. Si jamais Alex Ross vous fascine mais que Paris c’est trop loin et/ou que vous avez envie d’approfondir, vous savez donc sur quoi vous diriger.

image

1 mois de travail sur cette couverture de Crisis on infinite earths quand même.

Super-héros : l’art d’Alex Ross
Du 5 mars au 15 juin 2014
Mona Bismarck American Center
34 avenue de New York, Paris
Tarif adultes : 7 €
Ouvert du mercredi au dimanche sauf les jours fériés

Dave McKean – Galerie 9e art

Je parle de cette petite exposition car elle se déroule actuellement et que j’ai aussi été y faire un tour, mais je tiens bien à préciser qu’elle n’est absolument pas comparable aux autres dans ses ambitions.

image

Par rapport à la superstar Alex Ross, un des rares dessinateurs de comics à pouvoir justifier une exposition grand public sur son style, Dave McKean passe presque pour un inconnu. Cependant, son nom dit forcément quelque chose aux amateurs de Neil Gaiman et notamment de son Sandman, à moins qu’ils ne se souviennent de L’asile d’Arkham, qu’il avait illustré de son style si particulier, sur un scénario du non moins particulier Grant Morrison.

Issues d’une collection particulière, les œuvres affichées dans la petite Galerie 9e art sont mises en vente et, pour la plupart, ne proviennent pas des titres les plus connus sur lesquels Dave McKean a travaillé. On croise bien une représentation de Coraline, quelques planches de Black Orchid et de Signal to Noise, mais le reste est extrait d’œuvres quasi-confidentielles (si je vous dis Beaten & Bruised ou Homecoming, ça vous parle ? moi non plus :P).

image

A part noter une parenté avec le trait de Taiyô Matsumoto sur certains dessins, j’ai quand même été ravi de voir une couverture de Sandman en vrai (celle du chapitre #41 pour être précis). En effet, je me suis toujours demandé comment Dave McKean procédait pour ses collages : assemblait-il des photos d’objets ? de vrais objets ? Eh bien les deux, techniquement, et c’est assez impressionnant de voir que pour cette couverture il a collé un “vrai” petit livre transpercé de “vrais” gros clous tordus, et enroulé du “vrai” fil autour d’un “vrai” morceau de montant de cadre doré. J’avais déjà vu des artistes utiliser des objets très fins comme des plumes, des perles voire des lames de rasoir (comme Naoko Takeuchi ou David Mack) mais jamais d’aussi gros objets. Ce n’est pas tous les jours qu’on réalise que ce qu’on a toujours vu comme une illustration en 2D est en réalité la photo d’une construction en 3D vue du dessus, qui mesure bien plusieurs centimètres d’épaisseur.

Bref, j’ai soudain envie de voir en vrai toutes les couvertures de Sandman. Mais si la contemplation de planches originales vous intéresse et/ou que vous êtes fan de l’artiste, n’hésitez pas à y faire un tour, l’entrée est gratuite et l’exposition ne dure que très peu de temps (jusqu’au 10 mai seulement).

Exposition/vente Dave McKean
Du 11 avril au 10 mai 2014
Galerie 9e art
4 rue Crétet, Paris
Entrée gratuite
Ouvert du mercredi au samedi

Laisser un commentaire