Différence entre creator-owned et work for hire

Mockingbird & Lady Killer, Joëlle Jones

Les différences entre Marvel/ DC et Image

Plusieurs éditeurs proposent des contrats en creator-owned (BOOM! Studios, Oni Press, Dark Horse, Vertigo pour certains titres etc.) mais Image Comics est le plus connu et c’est aussi celui sur lequel on a le plus d’informations. Celles-ci nous viennent une fois de plus de Kieron Gillen :

Un titre creator-owned dont les ventes se maintiennent au-dessus de 10 000 exemplaires en single issues est une cause de joie et de célébration. Les créateurs sont sans doute extrêmement heureux.

Si vous vendez au-dessus de (ooh) 12 000, vous gagnez sans doute plus que ce que Marvel et DC vous paieraient, à moins que vous ne soyez un des très gros noms.

Wytches

A la Special Edition: NYC dont il était question en début d’article, Scott Snyder et Jason Latour racontaient qu’ils gagnaient plus d’argent avec leurs séries en creator-owned que chez Marvel et DC. En plus de Wytches chez Image, Scott Snyder écrit tout de même Batman, c’est-à-dire LA meilleure vente de DC. Jason Latour dessine quant à lui Southern Bastards, quand il n’est pas en train d’écrire Spider-Gwen.

Hawkeye #9Si vous vendez vers 20 000*, vous devez sans doute payer un coup à vos amis.

Tout cela n’inclut ni les ventes en numérique ni celles des recueils. Si vous incluez ces derniers, cela change tout. Une rapide coup d’œil aux ventes de comics indé révèle que leurs recueils se vendent beaucoup plus que ceux de Marvel/DC, hormis quelques exceptions (il y a une raison pour laquelle Hawkeye par Matt Fraction et David Aja a autant marché, et ça n’était pas les ventes mensuelles de singles issues). (…)

Certains titres indé se vendent bien en dessous de 10 000 exemplaires et restent tout juste rentables. (…) Si les single issues couvrent juste vos dépenses et que ce sont les tomes qui vous font gagner de l’argent, vous vous en sortez aussi. Hormis quelques exceptions, Marvel et DC gagnent le gros de leur argent avec les single issues, c’est une des raisons pour lesquelles leurs ventes sont beaucoup plus décisives.

*Le chiffre de 20 000 est significatif car on voit souvent les séries Marvel/DC être annulées rapidement lorsqu’elles passent en dessous de cette barre (dans un autre post, Gillen parle plutôt de 18 000). Bien sûr, les ventes des recueils et des versions numériques jouent aussi, mais il ne faut pas s’attendre à voir ces titres survivre des années.

Pour ce qui est des ventes en numérique, certains créateurs chez Image ont confié à SKTCHD qu’ils touchent un chèque deux fois par an. Cela aide bien sûr à être rentable, mais rend la gestion de trésorerie plus difficile que les recettes mensuelles engrangées par les singles issues.

Il y a d’autres raisons pour lesquelles les ventes de single issues chez Marvel et DC doivent être plus élevées :

  • Les coûts additionnels : il y a plus de monde dans leur équipe éditoriale etc. De manière générale : ce qu’un titre creator-owned gagne, il le garde. Les coûts additionnels sont plus faibles.

TreesSi vous regardez les crédits dans Trees par exemple, il y a juste Warren Ellis au scénario, Jason Howard au dessin et à la couleur et Fonografiks au lettrage et au design : pas d’encreur, de coloriste, d’éditeur, d’éditeur en chef etc. Bien sûr, Image a une équipe qui touche une rémunération sur chaque vente, mais le nombre de personnes activement impliquées dans la réalisation d’un titre est beaucoup plus faible.

Cela signifie aussi que les créateurs doivent avoir plusieurs casquettes : en plus de dessiner ou d’écrire, ils doivent notamment assurer la promotion de leur titre car personne ne va la faire à leur place.

  • Les objectifs de bénéfices. Les titres Marvel/DC ne peuvent pas se contenter d’être rentables. Ils doivent l’être à un niveau qui a été prédéterminé par l’entreprise, pendant une période de temps donnée.
  • Un titre qui se vend peu prend la place d’un autre qui pourrait potentiellement se vendre plus. Pourquoi en garder un qui s’écoule à 18 000 quand vous pourriez en avoir un autre qui rapporte plus ?

Rappelons que Marvel et DC ne sont « que » des branches de multinationales : Disney a racheté Marvel en 2009 et DC appartient à la Warner depuis plusieurs décennies.

2 commentaires

  1. Bon article. Cependant le cas de création de personnage chez une grande compagnie est plus complexe : bien souvent certains personnages rapportent de l’argent à leurs créateurs pour leurs différentes apparitions avec un système proche de la rémunération Sacem pour les artistes qui sont repris par des cover-bands en concert.

    1. Oui ! Les clauses des contrats peuvent varier, et depuis j’ai effectivement entendu parler du « character equity agreement », qui permet au créateur d’un personnage de toucher une rémunération si le perso est utilisé dans d’autres médias (toutes les sociétés ne le proposent pas, cependant).

      Même côté creator-owned, les contrats proposés ne sont pas tous aussi intéressants pour les auteurs que chez Image (sur son blog, Alex de Campi met bien les jeunes créateurs en garde contre des contrats vraiment foutage de gueule).

      Et pour les personnages, je sais que visiblement on n’utilise pas les personnages de Sandman comme ça, bien que l’œuvre n’appartienne pas à Neil Gaiman :p

      Je suis plutôt resté dans les grandes lignes 🙂

Laisser un commentaire