Différence entre creator-owned et work for hire

Mockingbird & Lady Killer, Joëlle Jones

En ce moment, avec le succès de titres comme Saga et The Walking Dead, on parle beaucoup de creator-owned : de plus en plus de créateurs de comics se lancent dedans et peuvent développer leurs propres univers en conservant leurs droits, plutôt que de travailler sur des super-héros qui ne leur appartiennent pas. Petite explication des différences.

Le work for hire, ou prestation

Lorsqu’un créateur travaille sur des univers existants (super-héros de Marvel ou DC, comics dérivés de licences comme Dr Who, Transformers etc.), il touche une rémunération à la page. On parle alors de work for hire.

Pour la Special Edition: NYC s’étant déroulée en juin 2015, la scénariste Alex de Campi avait dressé un tableau des rémunérations moyennes pour une prestation (« moyennes » dans le sens où un scénariste star de chez DC ou Marvel peut toucher plus que 100 $ pour une page de script par exemple).

Rémunération par page en work for hire Mainstream Indépendant
Script 80 à 100 $ 25 à 100 $
Couverture 600 à 700 $ 200 à 380 $
Line art 200 à 380 $ 120 à 150 $
Couleur* 80 à 135 $ 20 à 80 $
Lettrage 20 à 25 $ 10 à 20 $

* le coloriste Nolan Woodard indique qu’une fois que les coloristes ont rémunéré leur flatter, ils touchent plutôt entre 65 et 120 $ par page pour du mainstream et entre 10 et 70 $ pour de l’indépendant.

All-New X-Men #2

Nolan Woodard colorise notamment All-New X-men chez Marvel.

Sur un projet en work for hire, un créateur a la possibilité de travailler sur des personnages dont il est peut-être fan depuis son enfance et de toucher un large public, mais il n’a pas les droits sur les personnages qu’il crée ou utilise :

  • droits de regard : l’équipe créative suivante peut faire partir l’histoire dans une toute autre direction que celle qu’il avait en tête, ou ne pas réutiliser des personnages qu’il avait commencé à développer, sans que le créateur n’ait son mot à dire. Pendant qu’il travaille sur un titre, de nombreux intermédiaires peuvent également s’opposer à telle ou telle décision, et l’obliger à revoir sa copie.
  • droits d’exploitation : les contrats varient grandement d’un éditeur à un autre (et d’un créateur à un autre) et comme l’explique Gail Simone, certains proposent des royalties sur les recueils, les éditions numériques et/ou les éditions étrangères, d’autres non. Lorsqu’un film ou une série s’inspire d’un comic book Marvel ou DC, les créateurs originaux ne touchent souvent rien ou presque rien, même quand le film génère des centaines de millions de dollar au box-office (lire Warren Ellis et Greg Rucka à ce sujet). Dans un registre similaire, Joss Whedon a annoncé avoir gagné plus d’argent avec Dr. Horrible (une création originale) qu’en écrivant et en réalisant le premier film Avengers.

Le creator-owned

Comme son nom l’indique, dans ce cas les auteurs (scénaristes, artistes…) possèdent les droits sur leurs créations. Par définition, ils ne peuvent cependant pas bénéficier de la notoriété de personnages déjà connus : lors de l’annonce du projet, c’est surtout leur nom qui permet de susciter le buzz et de faire affluer les précommandes, si importantes pour le bon lancement d’un titre.

Luci, The Wicked + The Divine

Luci, de The Wicked + The Divine

Comme Marvel et DC n’acceptent pas de propositions de scénaristes qui n’ont pas déjà publié d’histoire, on voit souvent apparaître le schéma suivant :

  1. des créateurs arrivent à être publiés (exemple : Phonogram: Rue Britannia par Kieron Gillen et Jamie McKelvie chez Image en 2006, qui s’est peu vendu) ;
  2. un gros éditeur repère les créateurs et leur propose de travailler sur des super-héros donc en work for hire (exemple : toutes les participations de Gillen et McKelvie à l’univers Marvel, ensemble ou chacun de leur côté, notamment Young Avengers en 2013) ;
  3. ayant acquis une certaine notoriété, les créateurs peuvent lancer des séries en creator-owned avec beaucoup plus de chances de succès : au lieu d’être un énième nouveau titre obscur, c’est La Nouvelle Série Des Auteurs De Ce Titre Que Vous Aimiez Tant Chez Marvel (exemple : The Wicked + The Divine chez Image, toujours par Gillen et McKelvie, qui est cette fois-ci un hit).

La rémunération ne se fait pas à la page par contre : il faut que la série se vende, et ensuite l’équipe créative se partage les bénéfices… si bénéfices il y a. D’où l’importance de s’être construit une notoriété auparavant : la plupart du temps, un scénariste, un coloriste ou un lettreur peuvent se permettre de travailler sur plusieurs séries en même temps, à l’inverse du dessinateur qui ne peut travailler que sur une seule à la fois. Il est donc important que le projet soit un minimum viable financièrement car avoir un travail réellement rentable à côté n’est pas possible pour tout le monde.

 

Page suivante : les différences entre Marvel/DC et Image.

2 commentaires

  1. Bon article. Cependant le cas de création de personnage chez une grande compagnie est plus complexe : bien souvent certains personnages rapportent de l’argent à leurs créateurs pour leurs différentes apparitions avec un système proche de la rémunération Sacem pour les artistes qui sont repris par des cover-bands en concert.

    1. Oui ! Les clauses des contrats peuvent varier, et depuis j’ai effectivement entendu parler du « character equity agreement », qui permet au créateur d’un personnage de toucher une rémunération si le perso est utilisé dans d’autres médias (toutes les sociétés ne le proposent pas, cependant).

      Même côté creator-owned, les contrats proposés ne sont pas tous aussi intéressants pour les auteurs que chez Image (sur son blog, Alex de Campi met bien les jeunes créateurs en garde contre des contrats vraiment foutage de gueule).

      Et pour les personnages, je sais que visiblement on n’utilise pas les personnages de Sandman comme ça, bien que l’œuvre n’appartienne pas à Neil Gaiman :p

      Je suis plutôt resté dans les grandes lignes 🙂

Laisser un commentaire