Un samedi au Comic Con Paris 2016

Affiche Comic Con 2016

Cette année, le Comic Con Paris avait plein d’invités que j’aimais beaucoup. Comprendre : il y avait l’équipe de The Wicked + The Divine. Certes, elle était déjà à une rencontre organisée par Glénat le jeudi soir au Point Éphémère, mais au CCP il y avait des conférences, ce qui me permettait d’assouvir une grande passion : écouter Kieron Gillen parler de trucs.

Rien ne s’est vraiment passé comme prévu, mais ce fut pour le mieux : j’ai pu parler avec des amis, passer du temps avec des créateurs et tout simplement prendre le temps de profiter du salon. Voici un compte-rendu très personnel de ma journée.

Comic Con Paris 2016

Habitué des conventions davantage focalisées sur les comics papier, j’avais un plan : arriver au moins à 7 h 30 donc avec 2 h d’avance, pour être sûr de rentrer rapidement et d’avoir le temps de faire un peu le tour des stands avant de repartir faire la queue pour un programme chargé en signatures et surtout en conférences.

Forcément, j’ai mal réglé mon réveil et me suis réveillé avec 2 h… de retard @_@

J’arrive donc légèrement en stress devant la Grande halle de la Villette quelques minutes après l’ouverture du salon (généralement ça signifie ERREUR FATALE si on veut un dessin de tel ou tel artiste immédiatement pris d’assaut). En plus il y a plusieurs files d’attentes, parfois tellement longues qu’on ne peut pas savoir immédiatement laquelle correspond à quoi (le stress). Heureusement, un membre de la sécurité me conseille de rejoindre la file d’attente cosplayeurs (qui n’en contenait pas tellement en fait) et qui serait sans doute la plus rapide. Du coup je rentre assez vite finalement.

Arrivé à l’intérieur, il est déjà trop tard pour la conférence de Katchoo avec Terry Moore (Strangers in Paradise, Rachel Rising…) alors je fais plusieurs fois le tour du salon au pas de course pour repérer où sont les artistes et notamment David Lopez qui dédicace à 10 h 45 (le stress). Un tirage au sort déjà en cours au stand Panini me laisse penser que c’était fichu (LE STRESS) mais en fait non c’est pour Marco Checchetto, alors que Lopez est à l’espace Signatures. Mais OÙ est donc ce fichu espace ?!

Bon en fait il suffisait de lever les yeux (ou – comme je l’ai appris un peu plus tard – de prendre un des NOMBREUX plans disponibles et disposés EN EVIDENCE à plusieurs endroits) pour découvrir que cette année, le CCP occupait aussi les mezzanines de la Grande halle de la Villette. C’est là que je salue M, qui avait déjà pu voir plusieurs auteurs et artistes tellement il y avait peu de monde autour de leurs tables. Quelques minutes plus tard et après être passé par l’escalier avec une grosse pancarte EXIT ONLY, on me redirige enfin vers l’ENTRÉE du fameux espace Signatures (qu’est-ce qu’on est con quand on est stressé).

Et donc là, discussion très amicale et détendue avec David Lopez, qui signe mon TPB de Captain Marvel (Higher, Further, Faster, More) et dessine Laura Kinney AKA All-New Wolverine dans mon bullet journal. Le tout pendant qu’on parle de la définition d’une madeleine et d’un muffin en France et en Espagne, qu’il évoque ses projets avec PanelSyndicate et que je promets de ramener des cookies le jour où j’aurai tous mes comics en numérique et plus rien à faire signer.

Un peu plus loin, le très gentil Marcus To (Hacktivist, Joyride et bientôt Nightwing chez DC) est en train de dessiner un buste de Flash. Toujours épaté par la finesse de son trait, je lui demande s’il est possible de commander un dessin, sachant que je ne suis là que le samedi. Pas de problème (o_O), j’ai juste à repasser vers 18 h pour le récupérer (j’ai vraiment stressé pour rien). Je règle et continue à me promener.

Au stand Comixology, j’aperçois ainsi Pia Jacqmart, à qui je demande notamment des nouvelles du podcast Badass (il revient !). Brenden Fletcher (Gotham Academy, Black Canary et Batgirl chez DC et bientôt Motorcrush et Isola chez Image) est également là. M pense l’avoir raté, mais celui-ci s’est en fait attardé assez longtemps après la fin de son créneau à leur stand, ce qui permet à M et lui de discuter amplement.

Et c’est là que ça me frappe vraiment : les allées sont noires de monde, mais comme assez peu de visiteurs sont là pour les comics VO, les scénaristes et artistes sont en fait très accessibles et disponibles. La différence est vraiment flagrante entre les énormes files d’attente au RDC sur les stands des éditeurs VF et les 5-6 personnes qui attendent à l’étage pour… parfois exactement les mêmes invités.

Comic Con Paris 2016 : conférence 25 ans d'Image Comics

Le reste de l’après-midi consiste à discuter de comics avec M, l’accompagner à la signature de Pierrick Colinet et Elsa Charretier et se poser à la conférence 25 ans d’Image Comics. J’avoue avoir vraiment eu du mal à rester concentré, tellement il pouvait s’écouler de temps entre le moment où une question était posée en français et celui où la ou les réponses étaient traduites en français. De même, je ne suis pas sûr que les lecteurs chevronnés aient appris beaucoup de choses sur la différence entre Marvel/DC et Image par exemple. Enfin, il manquait sans doute une remise en contexte pour expliquer aux néophytes la différence entre creator-owned et work for hire.

Une fois sorti, il reste un peu de temps avant la conférence sur The Wicked + The Divine, alors je retourne voir Marcus To pour récupérer une magnifique commission de Squirrel Girl (je sais) et parler avec lui de sa venue sur Paris.

Comic Con Paris 2016 : conférence The Wicked + The Divine

La conférence sur WicDiv était plus intéressante que la précédente (Kieron Gillen a parlé de trucs !). Nous avons par exemple pu apprendre que la VF du premier tome de Phonogram sortirait en couleur et non en noir et blanc. Et donc là forcément je me demande comment ils ont approché sa colorisation étant donné que depuis la parution des deux premiers tomes, Jamie McKelvie et Matt Wilson ont énormément amélioré leur technique. Sauf que Gillen en a parlé dans la foulée, évoquant une approche assez Vertigo des années 90 mais sans donner uniquement dans les camaïeux de marron. Comment voulez-vous trouver une question à poser quand le scénariste parle déjà de tout le temps de sa série en long en large et en travers ?

Angel Sanctuary, Nana et The Wicked + The Divine

Mon parcours de lecteur : faire la propagande de titres où les personnages s’habillent comme des artistes musicaux (de haut en bas : Angel Sanctuary, Nana et The Wicked + The Divine).

Ecouter les intervenants parler m’a cependant fait réaliser que The Wicked + The Divine n’est pas la première série que je suis à s’inspirer autant de la musique. Kaori Yuki, la dessinatrice du manga Angel Sanctuary, allait déjà s’inspirer des tenues des chanteurs de visual kei pour habiller ses personnages par exemple (et à l’époque je saoulais tout le monde avec). De même, les personnages de Nana d’Ai Yazawa sont des pop stars qui s’habillent en Vivienne Westwood (il se peut qu’en j’en aie aussi fait une grosse propagande quand c’est sorti). Dans mon parcours de lecteur, WicDiv s’inscrit juste dans une continuité très logique (et j’en fais bien sûr la pub à tout le monde hahaha… omg), mais je ne m’en étais jamais rendu compte.

Est-ce que les auteurs de WicDiv avaient déjà lu ce genre de mangas, ou est-ce que des lecteurs étaient venus les voir en leur parlant de cette continuité ? J’ai posé la question.

Kieron Gillen m’a répondu que les mangas faisaient certes partie de leurs influences, mais en tant que bande dessinée en général, pas spécifiquement. En d’autre termes : oui, leur génération a connu les mangas. Jamie McKelvie est d’ailleurs un grand fan de Naoki Urasawa. Il a toute la collection des 20th Century Boys, et il a piqué au mangaka plusieurs techniques de narration, notamment sa façon de rendre un simple dialogue visuellement plus intéressant.

Lorsque la conférence se termine, il est déjà 19 h passé. Le salon ferme ses portes, et c’est le moment de rentrer. A ce moment-là, je ne réalise même pas la chance que j’ai eu de pouvoir passer autant de temps avec des créateurs que j’admire beaucoup.

Ce Comic Con Paris 2016 fut donc très satisfaisant pour moi. Certes, on peut critiquer l’ouverture du salon à d’autres formes de pop culture n’ayant parfois qu’un lien très ténu avec les comics. Ou la relative absence de « grands noms » cette année (une notion assez subjective d’ailleurs). Mais honnêtement, en tant que lecteur on en profite énormément car les créateurs sont disponibles, sans avoir besoin de se lever aux aurores pour peut-être avoir la chance de les voir. On peut prendre le temps, flâner, discuter avec des amis qui eux aussi n’ont pas à passer tout leur temps dans des files d’attente… En un mot, on peut profiter.

5 commentaires

  1. Mouhahaha, quel plaisir d’être cité dans ton article.
    En te lisant j’ai effectivement remarqué à quel point nous avons stressé pour rien finalement. La différence entre ceux qui venaient pour les artistes (quelques centaines) et ceux qui venaient pour la convention (quelques milliers) a fait qu’on a vraiment pas eu à s’en faire.
    Je pense, pour ma part, que le gros défaut du salon fut d’avoir repris les mêmes éléments que l’an passé et d’avoir tâché de l’amélioré à partir de cette base. Conséquence : une densité humaine trop forte au rez-de-chaussée car trop de boutiques identiques. Il aurait été intéressant de virer une boutique de fringue et peut être deux boutiques de goodies et de les remplacer par deux stands différents. En plus, il y a quand même eu pas mal d’efforts, comme les différentes expositions, même si, pour ma part, ça me parle bien peu.
    Mais il y a surement trop à dire pour se résumer à un seul commentaire.

    En tout cas, en terme de grand nom, on a eu Erik Larsen et Greg Pak, donc rien que ça …
    Finalement une convention pas géniale mais pour les passionnés de comics, c’était quand même efficace.

    1. Ca faisait un peu convention de province à Paris en fait je trouve. T’as le temps, les gens ont le temps… Bon c’est noir de monde dans certaines zones, mais t’as le temps et certains espaces respirent beaucoup plus. La Grande halle de la Villette est assez jolie aussi en fait. Je ne m’en rendais pas compte sur le moment, mais les piliers et les arcades donnent un certain cachet à l’endroit ; ça change des gigantesques hangars dont on a l’habitude pour les conventions.

      Pour la répartition des stands, je sais pas trop. Je ne sais pas ce qu’en ont pensé les auteurs qui étaient un peu planqués en haut quand même : d’un côté ils avaient moins de visiteurs qui passaient devant eux et qui pouvaient dire : « han regarde c’est trop beau ce qu’il fait », d’un autre c’était peut-être plus reposant de ne pas être tout le temps au milieu de la foule ? J’aurais été vendeur de Funko par contre, je l’aurais eu mauvaise d’avoir été installé à l’étage, tellement penser à y monter est moins évident.

      Oui, grand nom c’est vraiment subjectif :/ Pour moi LE grand nom c’était Gillen, mais je comprends que ni lui ni Pak ni Larsen aient l’aura d’un Miller ou d’un Bendis. Le prix de l’entrée était sans doute un poil élevé pour le contenu si on ne vient que pour les comics cependant.

  2. Des invités accessibles et des conférences intéressantes au Comic Con Paris, tandis que mon festival favori la semaine dernière fût une énorme déception !? C’est vraiment le monde à l’envers ! J’ai encore une chance d’attraper tout ce petit monde – les auteurs de Batgirl et WicDiv – dans deux semaines à Leeds, si j’arrive à surmonter ma flemme.

    1. Tu parles de quel festival pour la semaine dernière ?

      Le Thought Bubble Festival me fait très envie, même si je n’ai juste pas les fonds nécessaire cette année pour m’y rendre 😛 Mais entre la team Squirrel Girl, Kris Anka, Jordie Bellaire, Fernando Blanco, Becky Cloonan, Al Ewing, Simon Gane, Lee Garbett, Stephanie Hans, la team Batgirl, Kevin Wada (KEVIN WADA, quoi) et Caspar Wijngaard, je ne saurais pas où donner de la tête @_@ Fonce ! (tu veux que je te motive en te demandant de me prendre des dessins ? si ça ne tient qu’à ça, je peux hein :p)

Laisser un commentaire